• Qui nous sommes

Qui nous sommes / Développement durable / Les 12 gestes de la Caisse d'économie solidaire pour un développement durable

  • En partenariat avec Équiterre et sa campagne Changer le monde un geste à la fois

    « L’esprit d’entreprise qui nous anime repose sur une motivation profondément humaine et sociale. Son caractère principal n’est pas de viser d’abord à faire des affaires mais plutôt à résoudre des problèmes. C’est un entrepreneurship qui essaie d’établir la justice, qui veut régler le problème de la pauvreté ainsi que le problème du développement et qui cherche à donner des réponses aux besoins humains. » (Extrait du rapport annuel 2005 de la Caisse d’économie solidaire Desjardins.)

    En tant que principale institution de la finance solidaire, la Caisse, tout comme Équiterre, veut être un acteur de changement en faveur du respect de l’environnement et de l’équité sociale. Pour concrétiser cet engagement, elle pose des gestes écologiques, équitables et solidaires tant dans son fonctionnement interne que dans son rayonnement au Québec et dans ses collaborations sur la scène internationale.

    Bilan en date de septembre 2010

    DD-transport-ecologique

     

    Transport écologique

    DD-commerce-equitable

     

    Commerce équitable et consommation responsable

    DD-agriculture

     

    Agriculture soutenue par la communauté

    DD-matieres-residuelles

     

    Efficacité énergétique et gestion des matières résiduelles

    DD-implication-sociale

     

    Implication sociale et solidaire


    DD-transport-ecologique-50pxTransport écologique

     


    1er geste. Réduire l’utilisation de l’auto-solo

    Favoriser la naissance de la pionnière Communauto et l’accompagner jusqu’à ce jour, mettre en place et maintenir le programme autoÉco pour encourager les jeunes à  utiliser l’auto-partage, lui valent en 2009-2010 le Prix du partenaire visionnaire de Communauto pour l’apport au mouvement de l’automobile libre-service et du transport durable.

    En cours

    • Noliser des autobus pour les membres et les partenaires qui assistent aux assemblées générales.
    • Acheter des billets de train et d’autobus aux employés qui se déplacent entre les trois centres de services de Montréal, Québec et Joliette.

     

    2e geste. Réduire les déplacements professionnels

    2010

    Implanter la visioconférence dans les centres de Québec et de Montréal pour réduire le kilométrage total parcouru par le personnel.

     

    3e geste. Favoriser les modes de transport alternatifs

    2009-2010

    • Installer un stationnement intérieur réservé aux vélos pourvu de cases et de douches pour les usagers du centre de services de Québec.
    • Fournir des supports à vélos à l’intérieur et la mise au point gratuite au centre de services de Montréal.

    En cours

    Participer au système CarboPOINTS du Carrefour solidaire offert au personnel du Centre de services de Montréal et l’étendre à celui de Québec :

    • en remboursant 50 % de la carte de transport en commun aux employés,
    • en facilitant le covoiturage,
    • en récompensant les participants comme à Montréal, où ils échangent 25 000 points contre des chèques-cadeaux dans des entreprises québécoises offrant des produits responsables : Dix milles villages, La Gaillarde, Rien à cacher, Jouvence, L’autre jardin, Espace Nomad. Le montant du chèque-cadeau peut également être versé à Oxfam, à Équiterre ou à l’Itinéraire.

    Le système CarboPOINTS lui a valu d’être lauréate en 2009 et finaliste en 2010 aux galas de Reconnaissance en environnement et développement durable de la Ville de Montréal.

    • Être partenaire du plan de développement durable de la Ville de Montréal en tant qu’institution de développement économique et social du Carrefour financier solidaire.


     
    DD-commerce-equitable-50pxCommerce équitable et consommation responsable

     

     

    4e geste. Favoriser la consommation de produits du commerce équitable

    2010

    • Encourager financièrement la campagne Réclamez l’équitable à l’occasion de la Quinzaine du commerce équitable
    • Financer une étude portant sur le commerce équitable et sur la pertinence d’ouvrir de nouveaux points de vente au détail.

    En cours

    • Contribuer au développement du marché du coton équitable au Québec en finançant l’étude de faisabilité Équicoton. Produite et réalisée par SynAIRgis, cette analyse a fait école et elle est partagée sur le site equiterre.org/publication/etude-equicoton-2007. C’est d’ailleurs cette étude qui est à l’origine de la création de FibrEthik.
    • Siéger au conseil d’administration de Capital Équitable. Au Québec, c’est  le tout premier fonds entièrement consacré au financement des entreprises importatrices de produits équitables. Il a été  lancé par Filaction avec l’appui financier de la Caisse.
    • Proposer aux membres et aux partenaires un Marché solidaire de Noël. Mis sur pied à l’initiative de la Caisse, ce marché de Noël favorise la liaison producteurs-consommateurs par l’intermédiaire de 17 entreprises membres de la Caisse et issues du commerce équitable.
    • Soutenir financièrement l’importation d`huile d`olive équitable de la Palestine.
    • Acheter des versions équitables de tout le café, le thé et le sucre consommé par le personnel et les membres.
    • Privilégier l’achat de cadeaux promotionnels issus du commerce équitable.

     

    5e geste. Préconiser des choix écologiques et socialement responsables

    2010

    Déployer la politique d’achat vert et solidaire dans l’ensemble de nos pratiques d’approvisionnement en tenant compte du réel pouvoir d’influence de la Caisse. Dans le cadre d’une bonne gestion, les responsables de la mise en œuvre de la politique soupèsent les caractéristiques environnementales des produits et des services désirés, mais aussi le fonctionnement de l’entreprise qui les fournit. C’est en interrogeant les fournisseurs que la Caisse les incite progressivement à offrir des produits respectueux de l’environnement, recyclés, réutilisables, québécois ou issus du commerce équitable lorsqu’ils sont disponibles. Cette politique privilégie l’achat auprès d’entreprises d’économie sociale, d’entreprises qui oeuvrent dans une dynamique de développement local, d’entreprises ayant des employés syndiqués ou inscrites dans un processus de gestion participative ou qui ont des pratiques qui se démarquent en matière de gestion des ressources humaines. Ce partage d’information et d’échange vise à cheminer graduellement, en réseau, vers une plus grande responsabilité sociale..

    En cours

    • Partager sur Éthipedia nos meilleures pratiques en développement durable : formation en investissement socialement responsable à l’aide du Guide conseil pour une finance socialement responsable, mise en place du premier programme de reconnaissance écologique hypothÉco, associé à la construction et à la rénovation domiciliaires.
    • Remettre à un étudiant la bourse Laure-Waridel de 7 000 $, et ce, conjointement avec Équiterre pour aider à une recherche liée à l’action environnementale et sociale.
    • Soutenir financièrement le site de consommation responsable ethiquette.ca.
    • Être partenaire du magazine Protégez-vous, notamment avec le guide Achetez Vert.
    • Remettre aux membres un écolo-sac fabriqué par des entreprises d’économie sociale pour les inciter à prendre soin de la planète.

     

    6e geste. Contribuer à la progression de la finance socialement responsable

    2010

       
    Soutenir financièrement l’émission hebdomadaire À l’échelle humaine, l’unique magazine d'économie sociale au Québec diffusé dans cinq radios communautaires et participer à ses émissions portant sur la finance socialement responsable.


    En cours
       

    • Signer les Principes de l’investissement Responsable (PRI) de l’ONU pour promouvoir l’intégration des dimensions sociales, environnementales et de bonne gouvernance dans les choix relatifs aux investissements.
    • Contribuer de façon significative et complémentaire dans le champ de l’investissement responsable lui vaut le Mérite de l’investisseur responsable décerné par la Fédération l’Actif lors de son 10e  anniversaire.
    • Se joindre à la Chaire en éthique appliquée de l’université de Sherbrooke, laquelle développe un programme de recherche sur la finance socialement responsable.
    • Être membre de  l’Association pour l’investissement responsable, dont la mission est de promouvoir l’investissement responsable au Canada.
    • Concevoir et maintenir un programme unique de formation continue sur l’investissement socialement responsable grâce au Guide conseil pour une finance socialement responsable. Plus de 1 000 heures de formation ont été dispensées depuis son implantation en 2006.
    • Créer et s’assurer de l’utilisation continue du test de l’investisseur éthique pour mieux adapter les placements responsables aux valeurs de chacun.
    • Recueillir 500 millions $ en Placement à rendement social, l’épargne des individus et des organisations au service des coopératives et des organismes à but non lucratif (OBNL).
    • Recevoir 1 million $ en épargne solidaire, dont les intérêts alimentent le Fonds de Soutien à l’action collective solidaire qui vient en aide annuellement à une vingtaine d’entreprises d’économie sociale aux prises avec des difficultés temporaires et à quelques syndicats en conflit de travail.
    • Constituer des valeurs mobilières de 9 millions $ en fonds de placement responsables soit 26 % de la composition des portefeuilles en fonds de placement, comparativement à 5  % dans l’ensemble du Canada.
    • Diffuser régulièrement des chroniques et donner des conférences sur l’investissement responsable, dont l’une présentée conjointe avec Laure Waridel est intitulée S’investir pour que ça compte.



    DD-agriculture-50pxAgriculture soutenue par la communauté

     

     

    7e geste. Privilégier l’achat de produits certifiés biologiques et encourager l’agriculture soutenue par la communauté

    2010
       
    Appuyer financièrement la progression d’initiatives en faveur de l’agriculture locale en offrant diverses bourses ou programmes:

    • le Fonds Gaïa, mis en place conjointement avec Équiterre, met  5 000 $ à la disposition des Grands Rangs pour effectuer une étude d’impact d’un projet sur la transformation agro-alimentaire et la vente de produits locaux;
    • En collaboration avec l’INM, une bourse A Go, on change le monde ! de 3 000 $ est remise à la coopérative Fieté d’ici ! Elle offre aux résidents de Maskinongé de s’approvisionner à même un seul lieu de leurs produits frais, sains et locaux.;
    • Conjointement avec Équiterre, la bourse Laure-Waridel de 7 000 $ va à un étudiant pour produire le Guide des pratiques éco-solidaires à la ferme. Il va répertorier les approches des fermes biologiques et biodynamiques.


    En cours
       
    Financer 20 entreprises collectives qui produisent et commercialisent des aliments biologiques et  des produits du terroir.


    DD-matieres-residuelles-50pxEfficacité énergétique et gestion des matières résiduelles

     

     

    8e geste. Contribuer à la réduction des gaz à effet de serre (GES)

    2010   

    • Loger une partie du Centre de services de Québec dans le plus haut édifice à bureau à structure de bois d’œuvre lamellé-collé visant une certification LEED-NC-OR.
    • Concevoir l’aménagement de manière à respecter cette certification LEED-NC-OR: vues sur l’extérieur, éclairage naturel, matériaux de provenance locale, à faibles émissions de composés organiques volatiles (COV) et à fort pourcentage de matières recyclées, utilisation de bois certifié Forest Stewardship Council (FSC).
    • Installer un mur végétal intérieur, utiliser de la peinture écologique, acheter du mobilier de bureau sans émission de formaldéhyde, récupérer les déchets de construction, insonoriser à l’aide de retailles de jeans déchiquetées.
    • S’engager dans la campagne Défi Climat : 54 employés évitent l’émission de 57 555 kg de gaz à effet de serre en 2010.


    En cours
       

    • Tenir des Rendez-vous solidaires/assemblées générales annuelles neutres en carbone en faisant appel à un traiteur local membre de la Caisse, si possible, en utilisant de la vaisselle et des ustensiles biodégradable et en redistribuant les  repas excédentaires à un organisme d’aide aux plus démunis. Compenser l’émission de gaz à effet de serre inhérents aux déplacements.
    • Collaborer au projet Coops Efficaces, un programme d’efficacité énergétique, des Fédérations des coopératives d’habitation.
    • Favoriser l’efficacité énergétique dans les constructions ou les rénovations domiciliaires grâce à l’ HypothÉco, premier  programme de reconnaissance écologique. Depuis 2007, la Caisse a accordé 5 millions $ de prêts à 102 personnes qui souhaitent améliorer l’efficacité énergétique de leur habitation et bénéficier d’une visite d’efficacité énergétique gratuite effectuée par Vivre en Ville ou Équiterre.
    • Promouvoir et faire connaître la certification LEED par la tenue de concours en ligne. Le système d’évaluation LEED® (Leadership in Energy and Environmental Design) est un outil consensuel développé par le U.S Green Building Council pour le design, la construction et l’opération de bâtiments à haute performance environnementale. Il comporte des critères qui visent à améliorer le bien-être des occupants, la performance environnementale et le rendement économique de l’habitation.
    • Utiliser des produits d’entretien ménager certifiés par le programme du gouvernement canadien Choix environnemental. Le fournisseur est membre du Conseil du Bâtiment Durable du Canada.
    • Se servir d’imprimantes, de copieurs, de photocopieurs, de numérisateurs dont les composantes sont 100 % recyclables et dont le fournisseur a une politique environnementale. Ce même fournisseur Xérox est la première entreprise en technologie à recevoir l’accréditation Performance Treck Corporate Leaders du programme Climate Leaders de l’Agence de protection de l’Environnement des États-Unis.
    • Installer un système d’éclairage avec détecteurs de mouvement dans 60 % des locaux.

     

    9e geste. Réduire la consommation et gérer les matières résiduelles

    2010

    • Réduire et réutiliser le papier vaut à la Caisse le Méritas Recyclage Vanier pour 84 934 arbres sauvés grâce à des services de destruction respectueux de l’environnement au Centre de services de Québec.
    • Offrir des tasses à café en grès fabriquées par des artisans québécois pour remplacer les verres de carton jetables utilisés par les employés et les visiteurs.

    En cours

    • Obtenir la plus haute distinction, soit le niveau 3 du programme Ici on recycle de Recyc-Québec au centre de service de Montréal (valide jusqu’en mais 2011).
    • Produire un rapport annuel en format électronique et diminuer de 90 % l’utilisation de papier pour son impression tout en réduisant ainsi l’empreinte écologique de 19 arbres.
    • Tenir des conseils d’administration sans papier, par la diffusion de documents électroniques.
    • Établir des pratiques de recyclage :
      • Recycler 100 % des déchets électroniques et informatiques chez des entreprises d’économie sociale;
      • Trier et recycler 100 % des contenants de verre et des cannettes.
      • Recycler 50 % des ampoules fluocompactes et des piles.

     

    DD-implication-sociale-50pxImplication sociale et solidaire

     

     

    10e geste. Soutenir l’économie sociale et solidaire

    2010

    Cofonder l’Association Internationale du Logiciel libre, qui propose en 2010 une plateforme collaborative de production de logiciels libres et gratuits pour les secteurs de l’économie sociale et solidaire et de la finance responsable.

    En cours   

    • Financer à hauteur de 1 milliard $ en 10 ans les coopératives, les organisations à but non lucratif et les entreprises privées socialement engagées grâce à l’expérience de montages financiers complexes, allant du Cirque du Soleil à la fédération des coopératives inuites du Nunavi
    • Signer une entente de trois ans avec le Chantier de l’économie sociale pour développer auprès des personnes immigrantes des formules d’entreprise d’économie sociale.
    • Corédiger le Guide d’analyse des entreprises d’économie sociale.
    • Déléguer à la coopérative Écosol 630 heures de formation sur l’analyse extra-financière des coopératives et des organismes à but non lucratif (OBNL). Écosol est une coopérative mise en place à l’initiative de la Caisse, en collaboration avec le Réseau d’investissement social du Québec (RISQ), Filaction, le Fonds de financement coopératif et Gestion-Ressources.
    • Donner à 50 entreprises d’économie sociale l’occasion de profiter des outils de gestion personnalisés conçus par Écosol.
    • Distribuer à plus de 5 000 abonnés un bulletin électronique mensuel, le bulletin écosolidaire, un outil qui renforce l’appartenance et la vie associative en informant sur l’utilisation de l’argent investi dans la coopérative financière, en soutenant les membres entreprises dans leur mission et en suscitant la participation.

     

    11e geste. Participer à la reconnaissance et à la progression de l’économie sociale et solidaire

    2010

    Signer un protocole d’entente avec le Crédit coopératif du Groupe Banque populaire-Caisses d’épargne de France sur le financement des entreprises collectives, le transfert du savoir-faire et des bonnes pratiques en matière d’offre de produits et services financiers innovants ainsi que l’identification des spécificités coopératives dans le cadre de la reddition de compte de la Global Reporting Initiative (GRI).

    En cours

    • Cofonder Cap-Finance, le réseau de la finance solidaire et responsable, en partenariat avec la Fiducie du Chantier de l’Économie sociale; Filaction, le Fonds pour l’investissement local et l’approvisionnement de fonds communautaires; Fondaction, le Fonds de développement de la confédération des syndicats nationaux pour la coopération et l’emploi; le Fonds de solidarité des travailleurs du Québec (FTQ); le Réseau d’investissement social du Québec (RISQ) et le Réseau québécois du crédit communautaire.
    • Être membre de l’Association internationale des investisseurs dans l’économie sociale (INAISE) et hôte du premier sommet mondial de la finance sociale et solidaire, lequel réunissait 160 financiers provenant de 42 pays.
    • Poursuivre des échanges d’expertises visant à soutenir le développement des coopératives d’épargne et de crédit dans le nord-est du Brésil, et ce, en coopération avec MCE Conseils et Développement Solidaire International (DSI), qui est le réseau de la CSN pour la coopération internationale.
    • Prendre part aux Rencontres du Mont-Blanc, qui regroupent 200 dirigeants des différentes sphères de l’économie sociale provenant de 35 pays.

     

    12e geste. Soutenir le développement durable dans ses dimensions économiques, sociales et écologiques et promouvoir la justice sociale.

    2010

    • Appuyer financièrement Imprime-Emploi, la seule imprimerie au Québec accréditée par Emploi-Québec en tant qu’entreprise d’insertion en économie sociale, pour l’obtention de la certification Forest Stewardship Council (FSC) et ainsi s'approprier une pratique environnementale de traçabilité des papiers utilisés en impression.
    • Participer comme membre depuis 1998 au Collectif pour un Québec sans pauvreté et mandater une salariée de 2006 à 2010 au Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.
    • Élaborer une grille d’analyse des projets de financement des entreprises collectives tenant compte de la qualité de l’association, de la gouvernance, de la gestion, des normes environnementales et des pratiques vertes en plus de la structure financière.


    En cours   

    • Rendre compte annuellement des actions qui inscrivent la Caisse dans un développement durable et solidaire en étant la première institution financière à recevoir l’accréditation Établissement associé Brundtland pour ses pratiques sur les enjeux de la solidarité, de la démocratie, de l’écologie et du pacifisme.
    • Créer le Centre de services financiers Nunavik et former une équipe de salariés pour que les Inuits de 11 villages (Salluit, Akulivik, Kangiqsualalujjuuaq, Kuujjuaq, Pivirnituq, Inukjuak, Kuujjuaraapik-Whapmagoostui, Kangiqsujuaq, Umiujaq, Ivujivik et Kangirsuk) aient accès à des services financiers.
    • Verser tous les excédents ristournables en soutien à des projets collectifs renforçant les pratiques écologiques et l’innovation sociale, et ce, conformément au vote de l’assemblée générale annuelle de 2008. Ces ristournes collectives représentent 6 millions $ depuis 2006.
    • Produire un deuxième rapport annuel conforme aux normes de la Global reporting initiative (GRI), un outil mis sur pied par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) afin de rendre compte des engagements sociaux, environnementaux et économiques.
    • Contribuer au financement annuel de L’Accorderie, un organisme sans but non lucratif (OSBL) mis sur pied par la Caisse et la Fondation Saint-Roch. Ce projet unique de monnaie sociale est basé sur l’échange de services selon le principe «une heure égale une heure». La formule s’est étendue dans le Réseau des Accorderies. Cinq Accorderies ont été mises sur pied au Québec. Elles regroupent 1 500 Accordeurs actifs qui ont échangé plus de 40 000 heures de services depuis 2002.
    • Attribuer 10 000 $ en bourses À go, on change le monde ! en collaboration avec l’Institut du Nouveau Monde (INM) pour encourager la relève chez les entrepreneurs sociaux de 15 à 35 ans.
    • Remettre 5 000 $ en bourses DesÉquilibres à des élèves de niveau secondaire de Montréal-Nord pour favoriser l’intégration sociale par les défis sportifs.
    • Proposer des Rendez-vous solidaires annuels pour réfléchir à des enjeux de société avec Hubert Reeves, Thierry Jeantet, Patrick Viveret , Ricardo Petrella, Laure Waridel, Claude Béland, Benoît Lévesque, Claude Dorion, Michel Nadeau, Claudette Carbonneau, Réjean Parent, Hélène Simard et Nancy Neamtan.



     

Rapport annuel de la Caisse solidaire